Un bien étrange silence

Publié le par PHILIPPE

Les syndicats, si prompts à provoquer des grèves pour "défendre le service public" notament à la SNCF, sont étrangement silencieux quand les usagers se révoltent de leur mauvaises conditions de transport.

Et pourtant, ces grèves seraient certainement mieux comprises et plus populaires si elles n'étaient pas à sens unique, à savoir: pénaliser les usagers un peu plus que d'habitude. Je dis "un peu" car vues les conditions actuelles de transports, on est proche des situations de grèves quotidiennement. Car il faut bien le dire , nous, usagers, nous comprenons de moins en moins ces mouvements sociaux assortis de revendications qui ne nous concernent que de loin: salaires, défense des acquis sociaux, changement d'horaire temps de travail et....défense du service public. Dans ce dernier cas qui lui, nous intèresse au premier chef,  on constate que tout ne fait qu'empirer et que les grèves ne nuisent finalement qu'à ceux qui veulent aller travailler et qui de surcroît paient pour un service qu'ils n'on pas.

Oui,  les syndicats sont bien silencieux quand des tracts de la FUT-SP sont distribués en gare de l'Est accompagnés au porte voix par JC DELARUE. Silencieux devant l'exaspération des transiliens, silencieux car empétrés dans leur corporatisme. S' ils sont si proches des usagers comme ils le disent, pourquoi ne nous appuient t'ils pas?

Une solution peut-être: écrire aux-dits syndicats comme il est prévu de le faire aux élus locaux. Marcher ensemble pour une amélioration du service SNCF semble être une évidence

Tout le monde y gagnera sans doute: les usagers tout d'abord dont la voix sera encore plus entendue et pour les syndicats ensuite, qui verront leur action plus populaire et mieux comprise.

Est ce un voeux pieux ou une réalité de demain?

Publié dans usagers-paris-meaux

Commenter cet article

PHILIPPE 31/01/2007 11:56

Bien entendu il faudrait cibler. Mais, vous n'êtes pas sans savoir que les échéances électorales approchent. Nos élus font leur"marché" de voix. La meilleure façon de se faire entendre est d'en interpeler le maximum. Plus on frappe et plus on a de chance d'avoir de réactions.
Evidemment, par le suite, je pense que nous ciblerons plus nos actions. En attendant nous faisons feu de tous bois pour nous faire entendre et c'est une façon de montrer qu'il y a un gros problème au niveau des transports non seulement à l'Est mais sur tout le réseau Transilien. Les problèmes sont certes connus de nos élus, mais peut être que beaucoup, ne se déplaçant qu'en voiture, ne se rendent pas totalement compte de la situation.
C'est pourquoi nous n'allons pas cesser de les interpeler, voir de les harceler. Ils sont là pour ça non?
    

guillaume Machy 29/01/2007 15:44

Bonjour,
 
Le STIF est passé sous responsabilité de la région et celà tombe bien récemment Vincent Eblé, président du conseil général de Seine-et-Marne en est devenu vice-président.
Enfin nous allons être entendus .... mais serons nous écoutés .....
Mobiliser les élus , oui mais en ciblant les bons partenaires!

Anne-Marie ROHM 29/01/2007 11:13

Cet article se passe de commentaire tant il est VRAI t réaliste ! C'est vrai qu'on entend personne dans nos gares... enfin, si : les usagers !
Pourquoi les personnel et les syndicats sont-ils en effet si silencieux ?Il nous faut vraiment maintenenant aller leur poser la question.
Et c'est vrai que leurs grèves ne s'en prennent pas à la Direction, à la hiérachie : elles attaquent directement  celui qui va gagner son pain, celui qui, peut-être à un rendez-vous d'embauche, à ceux et à celles qui sont en emploi précaire et qui attendent un CDI  qui leur sera refusé. Ils risquent même le licenciement (témoignage récent , en exemple)